On vous en a parlé dans un précédent article : l’édition du SudOuest Mounride 2018 s’est tenue se dimanche 3 juin. Peut-être nous suivez-vous sur Facebook, alors, vous avez dû savoir que nous avons mis en jeu un dossard pour cette course ! Et comme nous y avons également participé, voici notre retour sur cette expérience vachement sportive !

On (re)fait les présentations

Le SudOuest Mounride 2018 : check ! Oui mais attends, c’est quoi déjà ton « Mounride » ? Comme on vous l’avait présenté, il s’agit d’une course avec des obstacles organisée depuis 2014 dans les rues et environs de Mont-de-Marsan. Au programme, deux parcours de 7 et 15 kilomètres et des épreuves pour les pitchouns. Le clou du spectacle : un passage dans les arènes de la ville face à une vraie vachette.

Notre expérience du Mounride

Si vous vous rappelez bien, on vous avait fait un bel article pour vous présenter la course dans lequel nous avons fait un tour des épreuves présentes. Mais maintenant que nous l’avons fait, nous pouvons vous en dire plus ! Alors, seule une moitié de Chocolatine et Porcelaine l’a faite (Renolf, accompagné de son frère) mais c’est suffisant pour aller plus loin.

Village départ

Nous avons récupéré nos « dossards » (qui sont depuis cette année des bracelets) la veille sur le « village » de la course. Il n’y avait alors pas beaucoup de monde sur les lieux et nous n’avons pas attendu avant de récupérer le précieux sésame ! Nous voilà donc en possession d’une poche dans laquelle nous retrouvons le bracelet, le t-shirt technique, une canette de limonade, 3 petites boîtes de maïs (et oui, on est dans les Landes !!!), un magazine de la course et de la lecture publicitaire. À noter que nous avons pu choisir la couleur de nos t-shirts et ça, toutes les courses ne le proposent pas !

T-shirt de cette édition 2018

T-shirt de cette édition 2018

Retour le dimanche matin sur le village de la course qui est maintenant bien plus animé. Notre vague du 7km s’élançant à 11h40, nous arrivons sur place à 10h30 le temps de découvrir l’endroit. Nous en profitons pour monter dans les gradins des arènes pour découvrir la fameuse dernière étape mais nous vous en reparlerons plus tard. Il y a beaucoup de monde qui fait la queue pour récupérer son bracelet ce qui contraste avec la veille. Nous mettons nos affaires aux vestiaires et nous tenons prêts pour notre départ.

À 11h30, nous voilà dans l’espace de départ face au camion de promotion de l’Armée de Terre qui sert de podium pour l’occasion. Après quelques notes d’humour du speaker qui met tout le monde dans l’ambiance, trois coachs nous font nous échauffer avec quelques exercices bien cadencés.. Et voilà le départ accompagné par Buzoka, la mascotte du Stade Montois !

Buzoka, toujours au départ du Mounride

Buzoka, toujours au départ du Mounride

Notre parcours

Nous voilà donc partis dans les rues de Mont-de-Marsan en direction de la première épreuve sur la Place Saint-Roch. Nous devons franchir un plan incliné en évitant les autres concurrents. En effet, pour ce premier obstacle, tout le monde est sur le même rythme et arrive quasiment en même temps.

Mais on ne perd pas trop de temps et nous courrons vers l’obstacle suivant. En tout, il y en aura 19 sur notre parcours de 7km. Les épreuves étaient entrecoupées de longueurs sur lesquelles nous avons tâché de perdre le moins de temps possible. Nous avons même fait un petit détour par la base aérienne au milieu des avions mis à la retraite.

Des obstacles très variés

Des obstacles très variés

Les obstacles sont très variés : franchir des filets verticaux, ramper dans la boue, escalader des murs, traverser la défense d’une équipe de football américain… Bref, y en a pour tous les goûts. Certains obstacles étaient également partagés avec les parcours des enfants. Pour ce qui est du 15km, ils ont droit à 33 épreuves dont celles du 7km.

Faites entrer la vachette !

« Non Dax ! Vous ne devez pas utiliser les pieds ! Le point va à Mont-de-Marsan ! » Qui n’a jamais vu Interville et les fameuses vachettes ? On a eu la chance d’en voir de près ! Car la dernière épreuve nous demande de traverser le centre des arènes de la ville où se trouve une vraie vachette (oui oui, avec les cornes et ce regard déterminé). Pour cela, nous devions entrer par une extrémité, escalader des ballots de paille et ressortir de l’autre côté. À la fin de cette épreuve, la médaille de finisher et la photo par équipe nous attendaient. Nous avons pu nous offrir une bière en échange de notre bracelet et avons profité de la grande buvette du village départ pour nous restaurer après l’effort.

La vachette clôt cette épreuve 2018

La vachette clôt cette épreuve 2018

Nos impressions

L’organisation

Le village départ était simple mais approprié à l’espace disponible sur la place des arènes de Plumaçon. Le staff encadrant était très sympa et n’hésitait pas à encourager les coureurs sur leur passage. Là où le parcours croisait la route, des bénévoles arrêtaient les voitures pour notre sécurité. Deux ravitaillements étaient prévus ce qui est suffisant pour l’effort de l’épreuve (le parcours 15km en avait 4). Des jets d’eau nous attendaient après les obstacles boueux. De quoi nous donner alors la sensation d’une bonne douche. Le nombre d’encadrants nous a impressionnés ; surtout pour 2 358 participants.

Même dans l'effort, savoir rester digne de son déguisement

Même dans l’effort, savoir rester digne de son déguisement

Les animations avant le départ étaient bien entraînantes pour nous plonger dans l’ambiance et nous échauffer avant l’effort.

La sécurité avant tout

Sur le village départ, dans les arènes ou sur le parcours, nous avons trouvé un bon nombre de membres de la Protection Civile. Les épreuves étaient presque toutes encadrées par des bénévoles pour contrôler notre sécurité. L’une d’elles a dû être annulée sur le 15km car l’obstacle en question a cédé à cause des conditions météo récentes. 3 personnes ont alors été conduites à l’hôpital mais sont ressorties rapidement. C’est le genre d’événements qui arrive sur les courses de la sortes mais les secours sont intervenus très rapidement.

Des obstacles pour tous les âges

Des obstacles pour tous les âges

« Faites entrer la vachette ! » Enfin, oui, mais pas dans le public. Car quand nous attendions notre tour pour traverser le centre des arènes, une vachette s’est retrouvée derrière les palissades où patientaient, comme nous, les participants. Nous avons dû grimper en urgence pour nous retrouver, bien trop tôt, au milieu de l’arène, dans un mouvement de panique générale. C’est alors que la vachette a jugé bon de revenir au centre alors que tout le monde y avait trouvé refuge. Grâce à la rapidité des bénévoles et aux écarteurs (qui ont fait un super boulot toute journée), il n’y a pas eu de bobo. Il peut y avoir des imprévus avec les bêtes mais tout est fait pour maximiser la sécurité des personnes.

La sécurité avant tout

La sécurité avant tout

L’ambiance

Une bonne ambiance régnait sur la course. Que ce soit au village départ ou sur le parcours. Les badauds nous encourageaient, de même que les bénévoles ou les militaires de la base aérienne. On a senti aussi cette ambiance entre les groupes de coureurs. Nous nous sommes aidés d’un groupe à l’autre pour franchir des obstacles (peut-être que la fatigue de la fin se faisait sentir). De nombreux groupes étaient déguisés : Schtroumpfs, poulets, personnages de la Casa de Papel… couples de mariés… Beaucoup ont utilisé leur imagination pour rendre cette course encore plus folle.

Pendant que certains regardent, d'autres n'hésitent pas à aider

Pendant que certains regardent, d’autres n’hésitent pas à aider

Le témoignage

En parlant d’ambiance, nous avions donc fait gagner un dossard pour le Mounride 2018 et voici les impressions de la grande gagnante Emi Lie :

– Avais-tu déjà participé au Mounride les éditions précédentes ?
C’était mon premier Mounride et c’était super ! Super organisation, ambiance et en plus le soleil était là donc c’était génial !
– Si tu avais 1 mot pour définir cette course ce serait lequel ?
Délirant
– As-tu réussi à faire toutes les épreuves ?
Oui nickel
– Quelle épreuve t’as le plus impressionné ? fait peur ?
Aucune, au contraire c’était marrant
– Quelle épreuve a été « finger in the nose » ?
La boue !
– Participeras-tu à l’édition 2019 ?
Oui avec grand plaisir
– Un dernier mot ?
À l’année prochaine pour essayer le 15km

Il est certain que nous tenterons également de relever le défis une nouvelle fois l’année prochaine. Nous essaierons d’améliorer notre de temps de 1h30 ou pourquoi pas… tenter, comme Emi Lie, le 15km.

Vous souhaitez nous suivre sur Facebook ? Alors venez liker notre page Chocolatine et Porcelaine (clique!) 😉
Chocolatinement et Porcelainement vôtre,
P&F

Crédit photos : SudOuest, Charlotte Janin sur Facebook.

Partager :